mercredi 12 mars

#101 A part ça.

parisLes bons points et les belles images de l’école. Des cartes postales avec des phrases griffonnées de travers et des fleurs dessinées. Des contrats, des pactes d’amitié pour toujours. Quelques photos, des lettres et des déclarations plus ou moins sincères.

Hier j’ai fouillé ma vie. Au début, froidement, plus par hasard qu’autre chose. Et puis on retombe sur un mot tout froissé. Une écriture toute ronde et toute attachée, des phrases bourrées de fautes d’orthographe.

En refermant la boite pleine de poussière, un peu plus d’une heure après, j’ai eu pour la première fois de ma vie l’impression d’avoir réellement vécu. Avant mon passé paraissait flou : ne restaient que quelques images rapides, rien de concret, rien de futile. Et là, tout ça qui me rappelle que je n’ai pas vécu que des trucs capitaux, que j’ai oublié des détails, des trucs géniaux.

Une photo d’anniversaire, j’avais six ans et deux dents en moins. Les mots qu’on passait en classe, « ouh la menteuse elle est amoureuse ». Des pubs de magazines qui me faisaient rêver. Une carte pokémon (personne n’est parfait). Un petit cahier d’histoires. Une autre photo, le zoo national de Madrid. J’avais huit ans et deux amoureux.

Je ne sais pas vraiment comment conclure. Est ce que se souvenir est positif ? Est ce que c’est une bonne idée de garder tout ça ? Certainement. Enfin, je crois.

Parce qu’on a pas vécu que des trucs mémorables et que parfois c’est merveilleux de se dire que cette écriture mal assurée, là sur un cahier, c’était nous qui imaginions les mésaventures de lapins imaginaires. J’arrive pas vraiment à expliquer ce que je ressens à ce moment là. Peut être l’impression d’exister, que tout ça n’est pas qu’une vaste blague. Oui. Ca doit être ça.

photo: Le Paris de Melle Léon

Posté par Woops à 20:39 - - Permalien [#]